Accueil > Actualité > Communiqué de la CGT-Educ’action suite à l’élection présidentielle

Actualité

Communiqué de la CGT-Educ’action suite à l’élection présidentielle

lundi 7 mai 2012

Pour la CGT Éduc’action, l’élection d’un nouveau président de la République doit être l’occasion d’en finir avec les années de régressions sociales que nous venons de subir.
Nous avons maintenant la responsabilité de nous mobiliser pour que nos revendications soient entendues par le nouveau pouvoir en place.

Les sujets de mobilisation ne manquent pas :

- 80 000 emplois viennent d’être supprimés dans l’Éducation nationale en 5 ans. La CGT Éduc’action demande l’annulation de ces suppressions d’emplois et un collectif budgétaire ambitieux.

- La réforme du recrutement et de la formation des enseignant-e-s est une catastrophe qu’il faut d’urgence inverser. La CGT Éduc’action demande, en urgence, que les stagiaires ne soient pas à temps complet à la rentrée et demande l’ouverture de négociations pour revenir sur cette réforme.

- La loi du 12 mars 2012 sur les non-titulaires est insuffisante. La CGT Éduc’action demande que tous les personnels éligibles à la titularisation dans le cadre de cette loi soient titularisés. Elle demande l’ouverture de négociations pour une titularisation réelle, sans condition, de tous les précaires, avec la fin du recrutement de non-titulaires. La CGT Educ’action demande, par ailleurs, l’ouverture de négociations pour les non-titulaires n’ayant pas de corps de fonctionnaires pouvant les accueillir : assistants d’éducation et EVS.

- La voie professionnelle est en grand danger du fait de la réforme du Bac pro en 3 ans et du fait de la mise en avant de l’apprentissage. La CGT Educ’action demande l’ouverture de négociations pour revenir sur la contre-réforme du Bac pro en 3 ans et demande à ce que l’apprentissage ne soit plus favorisé comme seule voie.

- Les réformes des lycées généraux et technologiques mettent en danger les spécificités et les objectifs de ces voies. La CGT Éduc’action demande l’ouverture de négociations pour revenir sur ces réformes.

- Le 1er degré a été particulièrement touché ces dernières années, que ce soit par de nouveaux programmes rétrogrades, ou encore la suppression des RASED. La CGT Éduc’action demande l’ouverture de négociations sur l’organisation et l’objectif du 1er degré et le rétablissement de tous les RASED.

- L’introduction des GIP met gravement en danger les GRETA. La CGT Éduc’action demande l’abandon de cette réforme.

- La revalorisation du métier doit se faire d’abord par une revalorisation salariale. La CGT Éduc’action demande une augmentation immédiate du point d’indice à hauteur de 300 € en plus et l’ouverture de négociations sur la grille salariale.

La CGT doit prendre l’initiative de mobilisations d’ampleur pour gagner de nouvelles avancées sociales.

Montreuil, le 7 mai 2013