Accueil > Actualité > Chatel veut renforcer le pouvoir des Recteurs

Actualité

Chatel veut renforcer le pouvoir des Recteurs

mardi 28 juin 2011

Jeudi 30 juin 2011, Luc Chatel présentera au Conseil Supérieur de l’Education un projet de décret qui réorganise les services académiques, en renforçant les pouvoirs des Recteurs.

En recentrant le pouvoir dans les mains des Recteurs, le gouvernement entend renforcer sa main mise sur l’Education nationale et trouver de nouvelles sources d’économies par des « mutualisations » de moyens. Cette réforme des IA entraîne une restructuration des services, ce qui va mettre les personnels dans une situation précaire au regard, notamment, de la loi mobilité.
Alors que l’Education nationale est aujourd’hui sous-administrée, ce décret sera l’occasion de supprimer encore des emplois administratifs !
Le lien peut être facilement fait entre cette réforme et celle des collectivités territoriales. Le gouvernement veut supprimer les départements d’un coté et de l’autre vide les IA de leur contenu.

Le décret prévoit de supprimer les compétences des IA pour les attribuer au Recteur, ce qui entraînera, de fait, un éloignement du lieu de décision. Cette concentration du pouvoir dans les mains du seul Recteur, permet à l’Etat d’opérer un regroupement décisionnel au niveau académique, donc bien loin des lieux d’exercice des personnels, en particulier dans les écoles.

La CGT Educ’action votera donc contre ce projet de décret.

Lors d’une résolution votée lors de son dernier congrès (juin 2011), la CGT Educ’action a exprimé une autre vision des instances de décision qui doivent être enfin démocratiques : « Dans les Conseils Départementaux de l’Education Nationale (CDEN), les Conseils Académiques de l’Education Nationale (CAEN), les Comités Techniques Ministériels, Académiques et Départementaux (CTM, CTA et CTD), la voix des organisations syndicales doit être entendue. Si des organisations syndicales représentant la majorité des personnels émettent un avis défavorable, il doit y avoir renégociation, y compris de l’enveloppe budgétaire allouée ».

Montreuil, le 28 juin 2011