Accueil > Actualité > Bac pro 3 ans : chronique d’un échec annoncé

Actualité

Bac pro 3 ans : chronique d’un échec annoncé

vendredi 13 juillet 2012

Le taux de réussite au bac pro 2012 est en forte baisse par rapport à 2011 (-5,6 %), cette année marquait l’arrivée massive d’élèves passant leur bac pro en 3 ans contre 4 ans auparavant.

La baisse des résultats du baccalauréat professionnel de 5,6 points prouve malheureusement que de trop nombreux élèves n’atteignent pas le niveau requis.

Cela montre la nécessité d’adaptation des parcours vers le baccalauréat professionnel pour permettre la réussite du plus grand nombre, comme le souligne le ministère lui-même. Comme nous l’avions malheureusement annoncé, la réforme du bac pro en 3 ans a gravement handicapé les élèves les plus en difficulté de la voie professionnelle. Elle n’a pas non plus permis de limiter le nombre de sorties sans diplôme du système scolaire.

Il ne suffit pas de réduire d’un an le cursus pour motiver les élèves à le finir et à le réussir. L’engagement de l’élève dans sa scolarité, élément décisif pour sa réussite, dépend de nombreux facteurs et l’orientation est un des paramètres les plus importants.

En supprimant les sections de BEP, le gouvernement précédent a principalement tenté de faire des économies et a présenté cela comme une volonté de mettre les trois voies du lycée à égale « dignité ».
Mais afficher un niveau théorique baccalauréat est une chose, le rendre réellement crédible en est une autre. Avec une année de formation supprimée, et des conditions dégradées d’enseignement, comment faire pour amener nos élèves à un réel niveau IV, niveau pourtant indispensable pour espérer une poursuite d’études réussie en BTS ?

Pour la CGT Educ’action, l’élévation du niveau de connaissance et de qualification est une exigence.

La réalité de la réforme du bac pro 3 ans s’est traduite, aujourd’hui, par une dégradation des diplômes de la voie professionnelle.
Il faut remettre à plat cette réforme pour permettre aux élèves, s’engageant dans un CAP, de continuer en bac pro et à ceux qui obtiennent un bac pro de réussir un BTS.
Pour la CGT Educ’action, cette politique ambitieuse exige des moyens.
La réussite de tous les élèves ne doit pas être un simple slogan.

Montreuil, le 13 juillet 2012


Voir en ligne : Notre rubrique « Lycées généraux, professionnels et technologiques »