Accueil > Actualité > Audience CGT EDUC’ACTION – SUD EDUCATION du 29/11/2007 avec Monsieur TEMPEZ, (...)

Actualité

Audience CGT EDUC’ACTION – SUD EDUCATION du 29/11/2007 avec Monsieur TEMPEZ, directeur du site 1er degré du Val de Marne

mardi 4 décembre 2007

Compte-rendu de Nathalie Miszczak pour la CGT-Educ’Action

PE 1

Ce point a été rajouté suite à une sollicitation des PE 1 dont certains s’estiment sous informés sur leur formation ainsi que sur la nature de leur stage qui doit bientôt débuter.

276 étudiants sont concernés. Ils seront répartis sur deux vagues (dates identiques aux PE 2). Les PE 1 ont été réunis pour une information complète par leur coordinateur depuis.
Les maîtres d’accueil ont été sollicités en juin dernier, chacun ne devant recevoir au maximum que deux stagiaires. Il ne s’agit que d’un stage d’observation qui doit leur permettre « d’améliorer leur culture de l’école en vue du concours ». Pas de traces écrites de ce stage sauf si le lieu d’accueil a observé « des problèmes de déontologie », dans ce cas Mr Tempez recevra la personne. Beaucoup de lieux de stage trouvés !

PE 2

Bilan stage filé :

Bilan positif selon lui, quelques réajustements nécessaires après la rentrée mais aucune comparaison avec l’année précédente. Rappel que les PE doivent faire leurs trois stages sur les 3 cycles, ce qui rajoute une contrainte. Pour certains ce stage est une « vrai choc culturel ». Une vingtaine de glissement ont eu lieu depuis la rentrée.
Au 10/X, 382 stagiaires en stage filé : 60 sont affectés comme décharge de directeur d’école de 4 classes, 150 le sont suite à l’élaboration d’un projet par l’enseignant de la classe et /ou l’école et le reste sur des compléments de collègues à 80 %.
Selon lui, les éventuels problèmes de communication entre le titulaire de la classe et le stagiaire sont surtout observés avec les collègues à 80 %. Les formateurs IUFM ou les conseillers pédagogiques de la circonscription concernée sont intervenus pour débloquer la situation.
Nous avons rappelé que les collègues qui ont fait ce choix l’on souvent fait pour alléger leur charge de travail et non pour se retrouver « tuteur » bénévole d’un maître en formation !
Il a précisé que certains T1 libérait ainsi leur classe et que le fait d’être entre débutant « simplifiait la communication » (haro sur les vieux dinosaures ?!).

A l’avenir, il envisage une réunion de cadrage IUFM / stagiaires / maîtres des classes et d’élargir à toutes les circonscriptions ce qui s’est fait sur quelques unes.

J’ai dit mon inquiétude que les formateurs aient un regard « tronqué » par ce qu’ils auraient pu observer durant ce stage, dans des conditions précises (le poste fractionné est déjà particulier pour des titulaires alors pour des professeurs débutant leur formation et en évaluation …). Mr Tempez s’est voulu rassurant, arguant du regard croisé des trois formateurs, de leur attitude professionnelle et des trois stages. Une difficulté passagère ne devant pas se retrouver sur les trois stages. Il n’a pas voulu entendre mon argument selon lequel certains membres du jury pouvaient avoir plus de « poids » qu’un autre (j’ai cité un exemple précis de l’année précédente).

L’évaluation

Il nous a présenté les documents qui seront remplis lors des 3 évaluations par les formateurs ainsi que celui qui doit rempli par le directeur de l’école où se déroule le stage. Ce dernier n’émet pas un avis pédagogique mais un avis sur les capacités du stagiaire à « agir en fonctionnaire d’Etat et de façon éthique et responsable » ainsi qu’à « travailler en équipe et coopérer avec les parents d’élèves et les partenaires de l’école ». Mr Tempez a précisé que ce document répondait à un souci d’égalité puisque dans certains cas des informations remontaient. J’ai dit que je ne comprenais pas l’existence de ce document puisque jusqu’à présent, quand il y avait un gros problème, le directeur était tenu d’informer (en tant que garant de la sécurité des enfants et de l’école) son IEN d’un éventuel danger et que donc l’info remontait à l’iufm ! Mais équité, même document pour tous même si il s’attend à ce que tous les directeurs ne fassent pas remonter ce document.

On peut s’étonner que sur le doc d’évaluation du stage, à la rubrique stage non validé, il soit précisé « motifs éventuels »
En toute transparence, les stagiaires ont copie de tous les documents les concernant à l’exception du positionnement de l’iufm ….tant que le jury n’a pas rendu son avis !
Nous avons rappelé notre souhait que dans le document final apparaisse une case où le stagiaire puisse s’exprimer afin d’apporter un éclairage particulier sur le déroulement d’un stage (élève posant de gros problème de comportement, classe ayant vu se succéder les remplaçants, problème relationnel avec le formateur….). Il a été répondu que le cadrage académique ne le permettait pas !
Mr Tempez nous a conseillé ( ! !) d’orienter les collègues en difficulté vers les coordinateurs dans un premier temps puis vers lui.
Remédiations proposées en cas de difficulté selon le type de difficulté : positionnement, maîtrise de la langue ou difficultés disciplinaires. Pas très loquace !

Une PE 2 m’avait interrogé sur l’éventualité (annoncée dans un premier temps) d’un retrait de salaire ainsi que d’une journée sur l’AGS en cas d’absence à l’iufm pendant les grèves.
Mr Tempez a dit qu’il n’en serait rien ; qu’il suffisait d’un courrier expliquant le motif de l’absence pour qu’il soit pris en compte (bien sur, cela ne marche pas si on habite Bonneuil ou Créteil !!!)
Il est à noter qu’à plusieurs reprises il ait parlé d’école normale, de solidarité,…