Accueil > Actualité > Asssitance éducative 2011/2012

Actualité

Asssitance éducative 2011/2012

jeudi 17 mai 2012

Les collèges et lycées de France sont dans une telle situation de sérénité que le gouvernement à décider de conserver un niveau bas en postes d’assistants d’éducation (AED).

Collèges et 1er degré :

77 : 750 ETP

93 : 1105,5 ETP

94 : 652 ETP

La répartition des moyens est gérée départementalement : vous devez donc vous reporter aux informations des syndicats départementaux CGT-Educ’action 77, 93 et 94.

Lycées généraux, technologiques et professionnels :

77 : 403,01 ETP

93 : 469,97 ETP

94 : 300,30 ETP

Répartition des moyens en AED par lycée

La CGT-Educ’action Créteil renouvelle sa demande de refonte du barème utilisé pour les dotations en Assistants d’Education de l’Académie, qui ne correspondent absolument plus à la réalité des besoins constatés sur le terrain. L’insuffisance des moyens humains de surveillance est un germe de violence permanent, particulièrement dans les établissements difficiles. L’assouplissement de la carte scolaire a aggravé les écarts, concentré les problèmes, et met aujourd’hui en péril un nombre croissant d’établissements.

Présentation du Rectorat des moyens académiques en assistance éducative

Cette insuffisance des moyens se constate à 2 niveaux :

- Au niveau quantitatif. Car toutes les tâches se sont alourdies dans le quotidien des surveillants : accueil, contrôle des entrées/sorties, présence en vie scolaire, surveillance des locaux (cour, grille, couloirs, foyer, demi-pension…). Toutes ces tâches sont indispensables à toute heure : comment par exemple lutter contre le décrochage scolaire sans présence permanente d’adultes dans l’ensemble des locaux ? Ce serait oublier que le décrochage et l’absentéisme commencent dans l’établissement, et que c’est là qu’il faut les combattre avant qu’il ne soit trop tard et que le problème n’ait essaimé à l’extérieur.

- Au niveau qualitatif. Le statut de surveillant est tellement dégradé qu’il n’est plus du tout attractif. Les départs en cours d’année sont monnaie courante, amenant un turn over catastrophique, il est courant qu’un poste de surveillant reste vacant un mois ou plus en cours d’année, quant aux remplacements ils ne sont pratiquement jamais assurés, même lorsqu’ils sont prévisibles. Cette insuffisance a un contre coup sur le service des CPE, obligés de consacrer une part croissante de leur temps à la formation des surveillants qui prennent leurs fonctions.

Nous revendiquons le retour aux conditions de recrutement, d’emploi et de salaires des surveillants en direction des étudiants.
Les AVS, EVS et AED ont montré le besoin de ces métiers dans l’Education Nationale. Ceux-ci nécessitent la création de corps « vie scolaire » avec des perspectives de carrières. Les précaires sur ces emplois qui voudraient être stabilisés dans leur fonction (AVS, EVS, AED…) au sein de l’Education Nationale, doivent légitimement intégrer ces corps statutaires.