Accueil > Actualité > Agression d’un enseignant du lycée Maximilien Perret (Alfortville, 94)  (...)

Actualité

Agression d’un enseignant du lycée Maximilien Perret (Alfortville, 94) :<P>L’urgence d’une augmentation des emplois publics dans l’Education !

jeudi 9 février 2012

Un professeur du lycée Maximilien Perret d’Alfortville a été blessé d’un coup de couteau, après avoir tenté de s’interposer dans une altercation entre élèves. Heureusement, le pronostic vital de l’enseignant, conduit à l’hôpital Henri Mondor, n’est pas engagé.

La CGT Educ’Action réaffirme sa solidarité avec notre collègue, ainsi qu’avec tous les personnels et la communauté éducative de ce lycée. Elle s’associe au choc que chacun a pu vivre. Une nouvelle fois, deux ans après les drames de Darius Milhaud (Le Kremlin-Bicêtre) et de Chérioux (Vitry), un événement grave reflète de façon exacerbée et violente l’état du service public de l’Education.

Pour la CGT Educ’Action, ce ne sont ni les systèmes de vidéo surveillance, ni les policiers, ni les équipes mobiles de sécurité imaginées par l’ancien recteur, qui pourraient apporter une solution efficace et durable à ces situations ! Le discours sécuritaire ne vise qu’à contourner la question des moyens humains, pour la surveillance, l’encadrement pédagogique, la prévention. Or, ce lycée ne dispose chaque jour que de la présence de 6 surveillants (aides-éducateurs) et de 2 Conseillers Principaux d’Education pour environ 1300 élèves. Le rectorat prévoit même de supprimer des postes d’enseignants à la rentrée prochaines : pour le lycée, les heures postes passent de 1078,88 actuellement à 1031,14, soit la suppression d’environ 3 postes.

Pour la CGT Educ’Action, l’agressivité ou les agressions dans les établissements scolaires ne pourront que s’accentuer du fait des suppressions massives de postes dans le service public d’éducation et dans les autres services publics depuis plusieurs années, la destruction des RASED et des SEGPA, la généralisation du BAC Pro 3 ans, ainsi que toutes les autres contre-réformes éducatives. En 5 ans, ce seront 80000 postes supprimés dans l’Education nationale.

La CGT Educ’Action exige l’augmentation des postes de surveillants, et l’affectation de personnels qualifiés, entre autres des éducateurs, intégrés à des équipes pédagogiques stables. Elle exige l’augmentation des personnels d’enseignement et de personnels non enseignants. Elle exige une autre politique de l’emploi dans l’éducation nationale et dans tous les services publics !

Les personnels du lycée Maximilien Perret se sont réunis immédiatement après l’agression en assemblée générale. Ils ont fait valoir leur droit de retrait et ont organisé des moments de discussion avec les élèves. Ils exigent des moyens humains de surveillance, de prévention, d’éducation. Ils se rendront jeudi 9 février à 14 h 30 au Rectorat de Créteil.

La CGT-Educ’action de l’académie de Créteil a des propositions pour la vie scolaire et l’amélioration des conditions de travail. Elle demande à être reçue par le Recteur en urgence sur les questions de violences scolaires. La CGT-Educ’action exige que le Ministre renonce aux suppressions de postes pour la rentrée 2012 et qu’il embauche des personnels titulaires et formés pour les enseignements et pour la vie scolaire.

Créteil, le 8 février 2012