Accueil > Actualité > 23 octobre 2012 : Une mobilisation réussie qui en appelle d’autres

Actualité

23 octobre 2012 : Une mobilisation réussie qui en appelle d’autres

mercredi 24 octobre 2012

Communiqué de l’UGFF-CGT et de la FDSP-CGT :

Ce sont plus de 5000 agents de la Fonction publique d’Etat et Territoriale qui se sont mobilisés ce jour lors du rassemblement organisé par la CGT à proximité du ministère de la Fonction publique. Dans le même temps, d’autres initiatives avaient lieu sur le territoire.

Partout, ont été exprimées les revendications des personnels de la Fonction publique en matière de salaire, d’emploi, de missions... Nous avons, à nouveau, affirmé haut et fort l’exigence d’abrogation immédiate du jour de carence.

Une délégation a été reçue par la ministre Marylise Lebranchu.

Ce sont plus de 60.000 signatures de la pétition CGT pour l’abrogation du jour de carence qui ont été remises à la ministre. Celle-ci a recueilli les revendications formulées par la CGT.

Elle a indiqué ne pas disposer de mandat pour répondre à ces demandes. Elle a souligné sa volonté de continuer de mettre à plat les problématiques des agents dans le cadre de l’agenda social avant de rendre ses premiers arbitrages.

Pour la CGT, il est indispensable que des mesures marquant la rupture avec la politique antérieure soient prises sans délai.

De toute évidence, la poursuite de la construction du rapport de force sera une condition nécessaire pour obtenir des avancées.

D’ores et déjà, nos organisations appellent les agents à se mobiliser le 14 novembre lors de la journée d’action internationale décidée par la Confédération Européenne des Syndicats contre les politiques d’austérité.

Montreuil, le 23 octobre 2012


Intervention de la CGT-Éduc’action

Rassemblement Fonction public du 23 octobre 2012 à Orsay

Cher-e-s camarades,

l’Éducation nationale est là aussi !

Nous sortons de plusieurs années exsangues après une destruction méthodique de l’école. Aux 80 000 suppressions d’emplois, se sont ajoutées des réformes structurelles qui avaient pour but d’avancer vers une privatisation de l’Éducation nationale et qui ont remis en cause la démocratisation de l’accès au savoir et à la culture de la jeunesse, et en particulier des classes populaires.

Il faudra du temps pour reconstruire une école émancipatrice qui permette la réussite de tous les élèves en respectant les personnels.

Nous bénéficions, c’est vrai, d’une certaine rupture sur les suppressions d’emplois, et c’est positif. Mais cette rupture, elle devrait concerner l’ensemble de la Fonction publique, et force est de constater que ce n’est pas le cas. La CGT-Éduc’action défend une restitution des emplois supprimés et des créations à hauteur des besoin pour l’ensemble des Services publics.

Cette rupture a tout de même des limites.

Ainsi, si jusqu’à présent il n’y avait sur toute la France que 40 contractuels enseignants dans le 1er degré, le ministère de l’Éducation nationale embauche 300 contractuels enseignants du 1er degré pour la seule Seine-Saint-Denis !

De même, le plan de titularisation qui a donné tant d’espoirs ne concernera que 5 % des non-titulaires de l’Éducation nationale !

Une réellement rupture et réponse de gauche serait, comme nous le réclamons, la titularisation de toutes et de tous sans condition !

Rompre réellement avec les gouvernements précédents c’est aussi, contrairement à ce que fait Peillon avec sa loi sur la refondation de l’école qui a surtout été pour l’instant un grand moment de communication, se débarrasser des pré-supposés de ses prédécesseurs. Force est de constater que la refondation n’en est pas une puisqu’elle se base sur les mêmes dogmes que ceux des gouvernements précédents.

Nous devons tous ensemble travailler à une convergence des luttes, dans la Fonction publique comme aujourd’hui, mais également public-privé. Cela a du sens de toute façon car tout est lié : ainsi la fermeture de PSA Aulnay aura un impact direct sur les lycées professionnels de l’automobile et donc sur l’emploi dans l’Éducation nationale...

C’est pourquoi la CGT-Éduc’action s’inscrit pleinement dans la préparation de l’euro-mobilisation du 14 novembre.

Matthieu Brabant, pour la CGT-Éduc’action

Portfolio