Accueil > Actualité > 23 mars 2011 : 400 à Bercy pour un plan de titularisation !

Actualité

23 mars 2011 : 400 à Bercy pour un plan de titularisation !

mercredi 23 mars 2011

400 personnes se sont rassemblés mercredi 23 mars 2011 à 12h00 à Bercy à l’appel de différents syndicats CGT de la Fonction Publique (CGT-Educ’action, Fédération des Services Publics CGT...) avec la présence importante de l’UD-CDT 93, pour exiger un plan de titularisation de tous les non-titulaires de la Fonction Publique. Les personnels en lutte de l’ENS étaient également présents au rassemblement.

En bas de page, vous trouverez des photos du rassemblement.


Ci-dessous l’intervention de Matthieu Brabant lors du rassemblement pour la CGT-Educ’action :

Cela fait maintenant un an et deux mois que Sarkozy a promis une résorption de la précarité pour les 1 200 000 non-titulaires de la Fonction Publique. Pour la CGT, la chose est claire : résorption de la précarité signifie titularisation de toutes et de tous.
Rappelons que de nombreux plans de titularisation, d’ampleur pour ou moins inégales, ont déjà été mis en place depuis 50 ans, le problème principal étant que l’Etat a toujours recommencé à embaucher des précaires dans la foulée.

Pour la CGT-Educ’action, les choses sont claires : nous demandons la titularisation des 165 000 non-titulaires travaillant pour l’Education Nationale et l’arrêt immédiat de nouveaux recrutements.

En attendant, nous luttons tous les jours pour une amélioration des conditions de travail et de gestion de ces personnels.

Aujourd’hui, le gouvernement soumet à la signature des organisations syndicales un protocole d’accord qui aboutirait selon lui à 50 000 titularisations et 100 000 passages en CDI. Notons que ces chiffrages viennent de la presse et ne correspondent à aucunes données du protocole proposé.

La CGT a lancé une consultation de ses instances et surtout des personnels pour savoir si elle doit signer ou pas ce protocole et donnera sa réponse le 31 mars 2011.

Il va sans dire que la signature de la CGT ne signifierai pas un accord avec la politique du gouvernement, loin de là, nous ne sommes pas dupes de sa volonté de casser le statut de la Fonction Publique. Cela signifierai simplement acter la sortie plus ou moins grande de la précarité pour un certain nombre de précaires avec la volonté que la CGT ne soit pas exclue des discussions sur l’application concrète du plan.

Néanmoins, et c’est pourquoi la CGT n’a pas encore dit oui, ce plan reste insuffisant : ainsi les 135 000 AED, AVS, AP, contrats aidés… dans l’Education Nationale sont totalement exclus. Et même pour les 30 000 enseignants, CPE, CP et IATOSS concernés, rien n’est gagné d’avance car ce que le gouvernement appelle les « modes de sélections » restent à définir et donc le chiffrage réel des titularisations à terme est totalement inconnu.

L’important est donc que les personnels s’expriment pour donner leur avis sur ce protocole et sur les quelques avancées proposées.

Il reste donc important de se mobiliser pour que ce plan soit le plus large possible.

Il est nécessaire de se mobiliser et de le rester pour dire et répéter que la CGT-Educ’action revendique, parce que c’est juste et légitime pour les personnels, parce que c’est utile et efficace pour le Service Public, la titularisation de tous les précaires, sans condition de concours ni de nationalité.

La mobilisation importante aujourd’hui de tous les syndicats CGT de la Fonction Publique, comme le 20 janvier 2011, crée ce rapport de force et pose les jalons de nos luttes futures.


Mercredi 23 mars 2011, avant le rassemblement à Bercy, une AG non-titulaires s’est tenue à la Bourse du travail de Paris

L’AG de la CGT Educ’action des 3 académies de RP a réuni une cinquantaine de collègues non-titulaires. Etaient présents les 3 secrétaires académiques (Matthieu B., Dante B., Marie B. et Mathieu M. du 95), un camarade de l’UGFF, membre de la délégation qui a négocié au ministère. Beaucoup de non-titulaires de Créteil, quelques uns de Paris et Versailles.

Matthieu Brabant (secrétaire académique de Créteil) a présenté le protocole d’accord proposé par le ministère, une présentation soulignant les avancées et les manques de ce protocole.

Le débat a porté sur la question du “concours” : contenu, modalité, “éligibilité” des non-titulaires en CDD. En effet l’enjeu est la confirmation d’un examen plutôt qu’un concours, le concours propose un nombre de poste fixe, classe les candidats et titularise les premiers en fonction du nombre de postes mis au concours ; un examen accorderait la titularisation à tous les candidats ayant un avis positif, sans numérus clausus.

Un autre point important était la question des collègues qui n’ont pas la nationalité française et n’auront toujours pas accès à la titularisation, quelque soit leur ancienneté et leurs diplômes.

Des intervenants ont souligné l’importance de l’absence de condition de diplôme, tout contractuel en poste et avec 4 ans d’ancienneté (dont 2 ans avant le 31 mars 2011) aura accès au processus de titularisation quelque soit son diplôme de départ.

La peur de participer à une entreprise de “casse du statut” de fonctionnaire a également été évoquée plusieurs fois. La méthode de discussion et le fait de devoir signer un protocole d’accord avant d’entamer les négociations précises, ministère par ministère, a été dénoncée. Il a été souligné que la CGT ne devait pas être exclue de cette seconde phase de négociations (sans signature de ce protocole, la CGT en serait en effet exclue).

Un point a semblé faire l’unanimité, c’est la nécessité de continuer à construire une mobilisation. En effet, l’absence de rapport de force ne permet pas de peser suffisamment sur les négociations pour imposer les revendications de la CGT. Que la CGT signe ou pas le protocole, c’est bien cette échéance qui est devant nous et les textes accompagnant notre signature ou notre refus devront être clair sur cette question.

Enfin, nous avons procédé à un vote indicatif des présents :

31 pour la signature

9 contre

pas de comptage des abstentions (une dizaine environ).

La Commission Exécutive de la CGT Educ’action se prononcera vendredi 25 mars sur la signature de ce protocole, celle de l’UGFF-CGT le fera dans les jours suivants, la signature est prévue pour le 31 mars (voir dans le liens ci-dessous dans les infos sur le protocole).



Les infos sur le protocole en cliquant sur ce lien.



A écouter aussi sur le site de l’UL-CGT Paris 11e : http://www.ulcgt11.fr/spip.php?article1065